Hommage aux morts d' Autrêches - Hommage à J. Chipier au plateau de Fontenoy - Hommage à JB Marchand au cimetière Déchelette -

 

Hommage aux morts d' Autrêches

Centenaire - Programme des manifestations de Soissonnais 14-18

Cérémonies 20 septembre 2014 - Autrêches

Puis, en présence du drapeau du 35e RI et d’un détachement d’honneur, inauguration d’une rue du 35e RI, inauguration d’un monument en mémoire d’Emile Greusard du 60e RI et de tous les soldats morts à Autrêches le 20 septembre 1914 et dévoilement d’une plaque communale.

Plaque réceptionnée depuis juin 2014 dans nos locaux de l'association Soissonnais 14-18

Le détachement d'honneur du 35e RI défile et rappelle ainsi la présence de la 14e DI en septembre 1914 (La division des AS composée des 4 AS: 35e, 44e, 60e, 42e)

Vous pouvez retrouver l'implication de ces As dans notre article sur les travaux de la chapelle du 44e RI justement, grâce à l'engagement de l'officier de tradition

La cérémonie en hommage au soldat Emile Greusard s'est effectuée en présence de M. Dominique Greusard, petit-neveu d'Emile Greusard, qui témoigne à la cérémonie de l'après-midi sur le plateau de Confrécourt. (Pour retrouver cet article, cliquer ici pour ouvrir cet article)

Emile Greusard, 60e RI, mort sans sépulture le 20 septembre 1914 à Autrêches.

Stèle créée par le sculpteur Philippe TARDIEU, membre de Soissonnais 14-18.

Voici le texte de la plaque commémorative :

« Le 20 septembre 1914

Emile Greusard a disparu

lors de la bataille d’Autrêches

parmi des centaines de soldats français et allemands.

Ils sont unis dans la mort comme ils sont unis dans notre souvenir.

20 septembre 1914. »

Voici le texte de la plaque commémorative :

« Hommage

De la commune d’Autrêches.

En souvenir des morts de notre village,

de tous les soldats,

tombés sur notre territoire au cours de

la Grande  Guerre 1914-1918.

Parmi lesquels :

Alfred du port de Loriol, 42e RI

Joseph Couturon, 44e RI

Jean-Marie Perrot, 219e RI

Albin Maraux - 44e RI

Léon Claudet, 35e RI.

Centenaire de la bataille d’Autrêches

20 septembre 1914 – 20 septembre 2014.»

Le square de la paix avec un panneau explicatif  vous attend près de l’église :

 Dès septembre 1914, le clocher de l’église d’Autrêches  était utilisé comme poste d’observation par les Allemands. Il avait donc été la cible de l’artillerie française, qui, en quelques coups de canon le détruisit  en partie le 12 novembre 1914.

Il est placé le long du parcours «Sur les traces du 35e RI» centré sur les lieux de batailles et les monuments commémoratifs. C’est une boucle pédestre de 7 km construite comme un circuit pédagogique à travers le village et la campagne d’Autrêches,  adapté à tous les âges. Vous êtes invités à retourner sur les pas du 35e Régiment d’Infanterie, particulièrement engagé dans les combats qui ont eu lieu du 16 au 20 septembre 1914. Vous découvrirez aussi ce que pouvait être la vie et la survie de ce village pendant l’occupation allemande. Ce circuit pédestre, rend hommage aux combattants de toutes origines, tombés pour leur patrie, tout en vous permettant d’apprécier le patrimoine architectural et naturel du village.

La destruction du village à 95% est évoquée.

Moins de quatre semaines après la déclaration de guerre, le 31 août 1914, des éléments de la Ie Armée allemande traversent Autrêches. Les Français tentent de reprendre le village: les fantassins des 35e et 42e RI y parviennent temporairement le 14 septembre. Dès le lendemain, de très violents combats s’engagent pendant plus d’une dizaine de jours et se généralisent à tout le secteur. Fin septembre 1914, lorsque le front se stabilise, les Allemands conservent le cœur du village ainsi que Chevillecourt, tandis que les Français occupent Hautebraye, le hameau le plus au sud de la commune. Dès lors, pendant plus de 29 mois, les ennemis se font face. Les très fréquents bombardements, de part et d’autre, détruisent la plus grande partie des habitations de la commune.

Lors de leur repli sur la ligne Hindenburg en mars 1917, les Allemands abandonnent le village. Mais, après plus d’un an de répit, à partir du 1er juin 1918, Autrêches se retrouve sur la ligne de front. L’offensive déclenchée par les Français le 18 août 1918 leur permet de reconquérir définitivement la région.

Le bilan de la guerre est désastreux : le village est détruit à plus de 95 %. Les maisons, l’église et le château ne sont plus que ruines. La reconstruction, effectuée grâce aux dommages de guerre, sera lente.

La 14e DI est engagée dans la région du 13 septembre au 14 décembre 1914 comme l'indique le relevé de situation  (source: Les armées françaises dans la Grande Guerre, tome X, volume 2, page 114, BNF)

 

Hommage à J. Chipier au plateau de Fontenoy

Centenaire - Programme des manifestations de Soissonnais 14-18

Cérémonies 20 septembre 2014 - Plateau de Fontenoy

Hommage au cycliste Chipier du 238è RI en présence de la famille.

Soissonnais 14-18, à travers les démarches d'André Parnaix, a fait refaire la plaque principale de cette sépulture isolée dont le texte est:

"Ici repose

Joseph CHIPIER,

cycliste au 238è Régiment d'Infanterie,

mort au champ d'honneur

le 16 septembre 1914

dans sa 30ème année."

 
C'est autour de cette tombe, entourée de plots blancs et de buis, située entre Fontenoy et Nouvron-Vingré, au bord de la D17, qu'en présence de la famille de Joseph Chipier, sa vie  fut évoquée: originaire de la Loire, né le 16 décembre 1884, ingénieur, marié en septembre 1913, il allait devenir père quand il fut rappelé comme réserviste à la mobilisation. Il mourut au cours des combats du passage de l’Aisne.

Une seconde plaque honore le souvenir de son fils, combattant de la seconde guerre mondiale avec le texte suivant:

"Souvenir du Lt. Joseph CHIPIER, son fils,

67è Régiment d'Artillerie d'Afrique,

mort pour la France

au Mont-Faron

Toulon le 23 août 1944

à l'âge de 30 ans."

 

 

En septembre 2002, une cérémonie a eu lieu à cet endroit en présence de la famille de Joseph Chipier, de conseillers généraux, d’élus de Fontenoy et Nouvron-Vingré, d’habitants de la région mais aussi d’un détachement militaire. Pour l’occasion, la tombe de ce soldat de la Grande Guerre avait été restaurée par l’association Soissonnais 14-18 et le Souvenir Français. Depuis les arbustes qui cachaient la sépulture ont été arrachés.
 

http://1418bd.free.fr/labase/dosmonum_tombe_Joseph_Chipier_Fontenoy02.pdf

 

 

Hommage à JB Marchand au cimetière Déchelette

Centenaire - Programme des manifestations de Soissonnais 14-18

20 septembre 2014 - Cimetière Déchelette

15h, Vingré, inauguration de la stèle du Lieutenant Jean-Baptiste Marchand, du 216è RI, disparu sur le plateau de Vingré le 20 septembre 1914.

Cérémonie à caractère familial au cimetière Déchelette de Vingré, commune de Nouvron-Vingré.
 

Stèle créée par le sculpteur Philippe TARDIEU, membre de Soissonnais 14-18.
Voici une carte correspondant à la tranchée Marchand évoquée
plaque réceptionnée dans nos locaux depuis juin....
Puis la cérémonie s'est poursuivie à côté, sur la tombe privée de la famille Amory, en hommage au couple de civils tués par les Allemands dans la cour de leur ferme le 20 septembre 1914.

Revivez ce moment fort

en présence des 80 descendants de Jean Baptiste Marchand avec les prises de paroles de Jean-Luc Pamart, Patrick Marchand (petit-fils de Jean-Baptiste Marchand),Pierre Erbs (maire de la commune):

 

 

 

Réagir à cet article