Sauver les sculptures en péril - Guider les équipes de télévision allemande - Guider les équipes de télévision en vue du 11 novembre 2018

 

Sauver les sculptures en péril

Une sculpture majeure a pu être repérée

... dans un site privé très instable...

... représentant Paul Ludwig Hans Anton von Hindenburg...

... si bien que nous avons choisi d'en assurer la transmission auprès du petit-fils du maréchal Hindenburg!
 

Notre partenariat franco-allemand a permis à notre secrétaire d'avoir réponse de la main même de Hubertus Von Hindenburg!

http://www.derwesten.de/staedte/essen/werden/erinnerungen-an-ostpreussen-id6186399.html

Devant la qualité de la production et l'instabilité du site, avec l'accord du propriétaire, l'Association a pu dans sa démarche d'inventaire aller au-delà de l'inventaire traditionnel, en prenant l'empreinte de la sculpture du maréchal Hindenburg,
afin d'assurer un témoignage durable...

La contre-empreinte ainsi réalisée en 3 dimensions...

... permet de se rassurer sur l'existence d'une trace qui pourra perdurer
si l'abri vient à s'effondrer plus.

 

...et, grâce au spéléo-club de l'Aisne,...

... une opération de reprographie 3D a été entamée

... sur ce site périlleux.

Merci aux spéléologues du Spéléo-club de l'Aisne!

http://speleoaisne.free.fr/index.php

 
Ainsi une seconde étape dans le processus de reproduction a pu voir le jour.

... à comparer à des représentations de 1914...

 

 

Guider les équipes de télévision allemande en 2013

 

Madame Bellouin, responsable de la Caverne du Dragon - Musée du Chemin des Dames, a sollicité des membres de Soissonnais 14-18 pour guider l'équipe de tournage sur les lieux sélectionnés.

Une équipe de télévision allemande s'est déplacée en décembre 2013 pour tourner un reportage sur une partie du parcours de l'IR 56 qui s'est battu à Hurtebise en 1917.

 

 

Guider les équipes de télévision en vue du 11 novembre 2018

FR3 & BFM TV viennent de tourner des reportages
FR3, mi-octobre 2018, est revenu filmer dans les carrières de Confrécourt et jean-Luc Pamart s'est livré à la présentation des sites pour permettre à l'équipe de tourner une séquence sur les abris des soldats sur notre front picard du conflit de la Grande guerre. Sans reporter photographique doublant la situation, leur fil conducteur ne sera pas ici illustré.

Aurélie Casse et François Luce sont venus tourner des scènes dans les carrières de Confrécourt le 25 octobre 2018. Le reportage est programmé pour la matinale de BFM TV le 11 novembre 2018 dans Week-end Première. Suivons-les pas à pas pour l'après-midi consacrée à la découverte des lieux et choix des scènes.

14h00, le déplacement sur site permet à Jean-Luc Pamart de présenter le contexte de la guerre sur le plateau soissonnais.

Les prises de vues sur le site souterrain du 1er Zouaves ont concerné 7 spots choisis au fil des découvertes du cameraman et de la journaliste. D

Le tournage commence. Silence sur le site se devine pour les 4 observateurs du jour!

François saisit ses plans de coupe en extérieur de site.

Aurélie attend le top départ pour lancer son sujet.

Jean-Luc rebondit sur le questionnement d'Aurélie pour présenter les lieux aux futurs télespectateurs

.

Les unités militaires occupant la carrière sont présentées en contrepoint des commentaires artistiques de Jean-Luc.

Les blasons régimentaires et le graffiti "1914-1916"  sont retenus par l'équipe de tournage.

Un arrêt supplémentaire devant les graffitis de la femme représentée par le soldat est décidé.

L'émotion pour cet autel de fond de carrière produit une prise de vue où le commentaire porte sur le moral des soldats et le soutien de la religion.

L'escalier qui conduit "vers l'enfer" retient toute l'attention.

Le graffiti "Victor Brindeau classe 1917" est lui aussi retenu par l'équipe de tournage.

Disposant de temps pour cerner leur sujet de la vie quotidienne du soldat, le duo de professionnels a suivi Jean-Luc Pamart dans les autres sites ouverts pour l'occasion: 3 spots ont retenus leur attention dans la carrière de l'Hôpital, puis 1 spot autour d'une superbe sculpture de poilu.

Sans crainte, l'équipe s'engouffre vers un autre site souterrain propice à rendre compte de l'univers des soldats de 14-18.

Aurélie et Jean-Luc s'accordent sur le propos devant cet autel des Bretons du 262e R.I..

Merci pour cette prise de vue, micro au poing pour notre reporter photographique en post-tournage du plan.

La dernière scène tournée sur site pour permettre le montage du reportage avec focus sur des graffitis majeurs.

Désireux de cerner le sujet le plus pédagogiquement possible, les reporters retardent leur départ pour pouvoir profiter de la mise en place de la bâche présentant les lieux

La carte du 15 avril 1916, utilisée pour permettre aux visiteurs la transposition entre les lieux de 14-18 et  ceux d'aujourd'hui, entre dans la boîte de François malgré les 16h30 sonnant !

L'extrait centré sur la ferme de Confrécourt et les carrières de la carte du 15 avril 1916 montrant bien les lignes adverses franco (en rouge)-allemandes (en bleu) et dont les noms évocateurs ont été soulignés à l'équipe de tournage.

 

 

Réagir à cet article